Au nom des principes intangibles de liberté et de démocratie, le MEDEF Guyane regrette et condamne l’action engagée visant à la fermeture générale de toutes les entreprises.

L’économie de la Guyane a déjà payé un lourd tribut depuis ce début d’année.

Ce sont en effet presque 10 semaines de grèves et de blocages qui ont déjà  paralysées notre territoire en 2017, avec les graves conséquences que nous connaissons en termes de fermetures d’entreprises et d’emplois détruits.

Si nous comprenons l’exaspération ressentie du fait de l’inertie depuis ces derniers mois voire années, il n’en demeure pas moins que la liberté de circuler et de travailler doit s’imposer de toute urgence sous peine de nouvelles et massives faillites, porteuses de licenciements.

Nous ne devons pas prendre les entreprises en otage.

La Guyane dont l’économie est déjà particulièrement fragile ne peut plus supporter de nouvelles paralysies sans conséquences irrémédiables pour  les emplois d’aujourd’hui et de demain.

Le MEDEF appelle donc à la raison et au dialogue car c’est dans cet esprit que notre Guyane pourra envisager son avenir.

Le MEDEF Guyane

 

2017-10-26 Communiqué de presse – Non à la fermeture des entreprises